Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The New PIxel

The New PIxel

A VOUS DE JOUER !


[TEST] Dystoria.

Publié par Loïc Cassou sur 23 Février 2017, 20:37pm

Catégories : #TEST

[TEST] Dystoria.

 Vous vous souvenez des 80's ? Ces années où le cinéma a été profondément marqué par des sagas comme « Star Wars », « Alien » ou bien des films tels que « Blade Runner » de Ridley Scott, « Terminator » de James Cameron et j'en passe ! Cette période, qui a marqué toute une génération, fut si riche qu'elle est devenue un genre à part entière. Récemment, le succès de la série « Stranger Things » prouve que les années 80 ont encore la côte auprès du public et arrivent à nous faire voyager dans un univers qui paraît si différent du nôtre à présent. «Dystoria » fait partie de ces jeux qui rendent hommage à cette époque en toute simplicité et avec sincérité.

[TEST] Dystoria.

 « Belle soirée pour une ballade. »

Commençant le jeu dans la peau d'un homme tout à fait banal(aux allures de loser), une lumière verdâtre, au loin, va attirer votre attention. C'est alors que des extraterrestres à bord d'un vaisseau ressemblant étrangement à une pizza géante vous enlèvent ; vous et une borne d'arcade. C'est le début du périple. Vous l'aurez compris, la situation rend hommage à l'époque avec une touche d'humour rappelant « Day of the Tentacle ». 
Enfermé dans une chambre du vaisseau qui vous servira de hub, vous êtes confronté à une borne d'arcade high tech dans laquelle de nombreux niveaux à parcourir vous attendent. En effet, des zones devenant de plus en plus grandes et ardu seront au rendez vous. Avec un vaisseau, vous devrez avancer, détruire vos ennemis, récupérer des orbes et ainsi finir les niveaux. Je tiens à préciser que le jeu n'est pas recommandable pour tout le monde. Vous avez aimé « Super Mario Galaxy » ? C'est alors vous apprécierez l'expérience que vous apporte « Dystoria ». 

« La route ? Là ou on va, on n'a pas besoin de route. »

Les mécaniques de gameplay sont alors simples mais doivent être clarifiées. Quand je parle de « Super Mario Galaxy » c'est pour évoquer l'utilisation de la gravité. Elle est utilisée de la même manière dans « Dystoria ». Pour avoir l'avantage sur de nombreuses situations, vous allez devoir à plusieurs reprises passer sous les plateformes ou sur les côtés. Ceci sera alors primordial pour la suite et adapte votre façon de jouer. Vous êtes confrontés à de nouvelles approches qui vous permettront de sortir victorieux des niveaux et combats les plus difficiles. « Dystoria » n'est pas réellement un shooter puisqu'en quelques tirs, vous succombez même face aux ennemis les plus faibles. Votre vaisseau, peu résistant, vous oblige à chercher des soins, boucliers ou de jouer avec dextérité. En tirant de loin ou en prenant en compte la gravité, vous arrivez à avoir l'avantage sur vos adversaires. Adversaires puissants qui vous électrocutent, mitraillent ou pourchassent dès que vous apparaissez dans leur champ de vision. Une simple erreur peut vous faire recommencer à la case départ ou bien au dernier point de sauvegarde. C'est là que la surprise fut grande ; le jeu utilise intelligemment ses mécaniques pour forcer le joueur à réfléchir avant d'agir. Les plateformes, très complexes pour la plupart, nécessitent à chaque fois un nouveau temps d'adaptation et vous laisse le champ libre pour les finir. En résumé : vous avez un vaisseau, des orbes à récupérer pour ouvrir le portail final, survivre tout en tirant parti de la gravité et finir avec le meilleur score. Oui, il y a également une notion de scoring discrète, mais plaisante qui prends en compte le temps que vous mettez pour finir le niveau, les ennemis tués ainsi que les orbes récupérées. Néanmoins, les qualités que j'ai pu noter peuvent également être considérées comme des défauts. L'utilisation de la gravité est risquée et peut entraîner un problème de lisibilité, de légers bugs de caméras ou collisions avec les ennemis. « Dystoria » est un jeu qui se fait petit à petit, qui se déguste. 

[TEST] Dystoria.
[TEST] Dystoria.[TEST] Dystoria.

« Je veux tes bottes, ton jean, ta veste et ta moto. »

Techniquement, le jeu est plutôt appréciable, les vaisseaux et les décors sont bien modélisés. Au fil de votre aventure, vous aurez la possibilité d'acheter de nouveaux vaisseaux qui seront plus résistants, puissants, rapides. En plus de cela, vous pourrez acheter de nouvelles armes plus dévastatrices les unes des autres et sauront vous rendre un grand service lors de situations périlleuses. À noter que la bande son est plaisante et livre un véritable hommage aux années 80. Les différentes musiques accompagnent plutôt bien la plupart des niveaux.


« Dystoria » arrivent à nous faire revivre l'expérience des bornes d'arcade de l'époque. Exigeant, il ne cherche pas à plaire à tout le monde de par ses choix de gameplay et sa difficulté. Cependant il saura vous transporter dans un univers que les développeurs aiment au vu du résultat. C'est joli, les mécaniques se valent et l'ambiance 80's font du titre un bon petit jeu très particulier où vous serez constamment en apprentissage. Avant tout une expérience, le jeu est à essayer pour son originalité, sa simplicité et son efficacité. 

 

14/20

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents