Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The New PIxel

The New PIxel

A VOUS DE JOUER !


[TEST] Gravity Rush.

Publié par Dimajo Paul sur 29 Janvier 2017, 11:09am

Catégories : #TEST

[TEST] Gravity Rush.

Après une introduction sur PS4 avec sa Remasterisation, le hit de la Psvita nous fait l'honneur d'un nouvel épisode spécialement pensé pour la console de salon de Sony.

Les villes sont désormais bien plus grandes !

Les villes sont désormais bien plus grandes !

Changement de décor :

 

Dans son échec, la Psvita aura enfanté quelques pépites, quelques concepts originaux. En ce sens, les joueurs découvraient en 2012 un jeu trépidant intitulé Gravity Rush, une véritable oasis dans ce désert de sortie qu'est le line up de la portable de Sony. Ambitieux et imaginatif, l'œuvre séduit immédiatement et pousse très vite les développeurs à mettre en chantier un second opus. Une suite qui, devant le désamour des consommateurs pour la Psvita, se porte sur Ps4. Après une remasterisation de l'épisode originel sur ladite console voici enfin venu le temps de découvrir les nouvelles aventures de Cat et ses amis. Une épopée attendue plus spectaculaire à l'aune d'une technique plus travaillée, plus permissive. Comme pour symboliser ce changement de plateforme l'histoire ne débute pas à Heksville, lieu de l'action de l'épisode précédent, mais au village de Banga. Une petite bourgade dans laquelle notre héroïne officie en tant que minière après y avoir été emportée par une tempête gravitationnelle en compagnie de son ami Syd.. Loin de son chat, la rêne de la Gravité se retrouve privée de ses pouvoirs. 

Chose assez frustrante d'ailleurs puisqu'il faut attendre un peu plus d'un chapitre afin de récupérer ses pouvoirs. En attendant, on se voit cloués au sol, affligés d'une introduction un peu longue et peu passionnante. Finalement, l'histoire suit son cours, se développe puis on récupère peu à peu ses pouvoirs au fil d'une intrigue intéressante à la construction assez particulière. En effet, l'histoire est composée de trois chapitres organisés autour de trois cités marquantes : Benga Jarha Laho et Heksville. La structure du script apparaît finalement comme un mini format épisodique non avoué, nous présentant un scénario différent à chaque nouveau pan de récit avec, en guise de fil rouge, la quête d'Heksville, que notre chère Cat tente désespérément de rejoindre. Le scénario aborde diverses thématiques dont, dans le deuxième chapitre, la lutte des classes, offrant au joueur un conte social au traitement un peu manichéen qui manque un poil de nuance dans la caractérisation des différentes communautés. Mais finalement, ce traitement simple est en harmonie avec l'ambiance bon enfant emprunte caractéristique de cette aventure. Une chose qui participe activement au charme du jeu. Malgré son ingénuité, le périple ne tombe jamais dans le culcul et parvient à mettre en œuvre une trame intéressant qui séduit par son aspect mignon parfois naïf, mais toujours charmeur.

[TEST] Gravity Rush.[TEST] Gravity Rush.
[TEST] Gravity Rush.

La rêne de la Gravité :

 

Comme toute suite qui se respecte ce nouvel opus apporte son lot de nouveautés. L'aventure voit son bestiaire étoffé d'ennemis inédits. Si les Névis, ces créatures nuisibles, sont ici de retour, elles ne constituent plus le principal antagoniste. Nos péripéties nous conduisent à la rencontre d'une foule d'adversaire variée. Soldats à la solde des bourgeois, chars et brigands seront les nouvelles victimes de notre courroux. Une multiplicité réjouissante qui renouvelle les combats, les empêchant de tomber trop dans une routine barbante. À ce titre, les pouvoirs de Cat se voient complétés par deux nouvelles capacités respectivement nommées Style Saturne et Style Lunaire, conférant de nouveaux coups spéciaux aussi spectaculaires que dévastateurs à l'héroïne. Des attaques fantastiques qui provoquent une débauche d'effets visuels épatants. Épatants oui, mais pas sans prix, car la technique a parfois bien du mal à suivre et la caméra à tendance à se perdre dans cette foule d'effets spéciaux successive aux mouvements les plus destructeurs. Malgré quelques failles, les affrontements se font globalement plus diversifiés et donc plus intéressant, permettant au joueur de composer avec une palette plus complète de coups qui reprend bien entendu les actions du précédent titre tels que le coup de pied gravitationnelle ou encore le champ gravitationnel. Pour les rendre plus performants il faut encore une fois se lancer à la recherche des précieuses gemmes violettes disséminées un peu partout dans les environnements du jeu. Ce lot d'inédit ajoute du piment aux empoignades qui gagnent en complexité, en technicité. Même si le tout demeure répétitif à la longue, le gameplay s'avère plus maitrisé. On retrouve les sensations du premier volet, exécutant avec joie de gracieux ballets aériens, un peu troublé par des errances de caméras, mais tout de même grisants. Une valse gravitationnelle orchestrée par une bande son dynamique qui ravira les mélomanes.

 

Les lieux traversés s'inscrivent dans le même esprit de profusion que le reste de l'oeuvre proposant une diversité dépaysante, variant régulièrement les ambiances proposées. Alternant entre des endroits lyriques et colorés et des environnements plus sombres et inhospitaliers, le panel est suffisamment bien conçu pour transporter le joueur dans un monde inventif et séduisant. Exit les ruelles assez obscures de Heksville envahies par une couleur violette sombre et oppressante. Les diverses cités du jeu sont désormais habitées par un climat plus chaleureux façonné par une colorimétrie plus clair et chatoyant offrant un spectacle sublime au joueur. Artistiquement, on est face à une réussite. Le Cell-shading est d'une bonne qualité même s'il subsiste un peu de clipping. D'ailleurs, cette beauté revêt parfois un caractère frustrant, car on aimerait explorer les différentes villes visitées de fond en comble, en visiter les moindres recoins pour en prendre plein la vue. Mais difficile de justifier une telle entreprise puisque les cités sont globalement peu animées. Elles font preuve d'un certain manque d'animation qui rend toute promenade oisive ennuyeuse sur le long terme. Seules les fameuses gemmes violettes précédemment citées motiveront ce genre de pérégrinations. Les développeurs ont créé un univers splendide sans toutefois parvenir à le rendre palpitant.

[TEST] Gravity Rush.

Malgré ce manque de bouillonnement, plusieurs activités, nous tiendront en haleine des heures durant nous poussant malgré tout à vaquer de temps à autre. En marge de l'aventure, le titre propose, comme par le passé, d'effectuer divers défis. Au programme, de nombreuses courses chronométrées pousseront les plus assidus à essayer de se hisser à la tête du classement en ligne. En outre, de multiples quêtes annexes proposent des micro-histoires, mettant à l'épreuve nos compétences gravitationnelles. En dépit de certaines quêtes assez imaginatives vous faisant incarner tour à tour une cascadeuse de films d'action puis une photographe mandatée par un papy pour prendre des photos de jolies filles, les taches s'avèrent assez convenues, parfois un tantinet répétitives. Heureusement, elles bénéficient d'une qualité d'écriture certaine relevant l'intérêt de ces activités secondaires, rendant intéressants certains passages très communs. 
À l'instar des missions du mode histoire, on retrouve une certaine récurrence des objectifs avec des tics de mise en scène de ces derniers. On se retrouve très/trop régulièrement à progresser dans des niveaux ponctués de plaques de pierres déclarant que ''si on bat tous les ennemis de la zone, elles nous montreront la voie vers la fin du niveau''. Une tache vue et revue justifiée sans originalité, sans réel soin. Et c'est bien dommage, car ce genre de défaut rappelle le premier volet, contraint de faire des concessions, car limité par la Psvita... Heureusement, un équilibre se forme entre ces situations convenues et d'autres plus imaginatives, mais cela tempère les qualités bien réelles et multiples du jeu

[TEST] Gravity Rush.

Conclusion :

 

En dépit de quelques défauts Gravity Rush demeure une bonne suite. Les développeurs, ont su tirer parti de ce qu'aimait le public et l'améliorer pour proposer une expérience améliorée et étoffée dans la droite lignée de l'opus précédent. Le concept est toujours aussi efficace et les personnages restent aussi attachants par leur naïveté amusante. Le titre propose une ambiance bon enfant envoutante qui séduira par son caractère simple et sans prise de tête.

 

15/20

VERSION DU JEU FOURNIE PAR L'EDITEUR.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents