Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The New PIxel

The New PIxel

A VOUS DE JOUER !


[TEST] Furi.

Publié par Dimajo Paul sur 23 Juillet 2016, 10:01am

Catégories : #TEST

[TEST] Furi.

Doté d'un concept original et d'une direction artistique aguicheuse Furi débarque a point nommé pour combler avec talent un calendrier de sortie estival assez creux.

Lorsque l'on fini un niveau, notre personnage entame une courte et paisible marche pour gagner le suivant.

Lorsque l'on fini un niveau, notre personnage entame une courte et paisible marche pour gagner le suivant.

Prison Break :

Furi est finalement un jeu inclassable. Le titre de Games Baker fait preuve d'une originalité complète puisque, dans son fond comme dans sa forme, le concept mis en place par les développeurs français surprend agréablement. L'idée de base, apparemment simpliste, se révèle d'une étonnante efficacité. Le principe est le suivant. Le joueur incarne un mystérieux ninja détenu dans une étrange prison. Cette dernière est est composée de dix niveaux - qui prennent la forme d'arènes de combat- chacun d'entre eux est gardé par un gardien qu'il faut vaincre pour pouvoir s'échapper. Le jeu est centré intégralement sur des combats de boss. Ici, point de menu fretin à vaincre. Seul subsistent des duels épiques entre vous et des geôliers aux capacités extraordinaires. Pour donner vie a ce concept les developpeurs ont inventé un scénario teinté de mystère qui, s'il intéresse dans un premier temps, fini un peu par lasser sur la longueur, la faute a un manque de profondeur et a une narration parfois assez obscure.

Néamoins, c'est une excellente direction artistique qui vient parfaire cet ensemble de qualité en procurant au titre un corps, une esthétique superbe. Furi fait bien preuve de certaines limites techniques, mais ces dernières sont aisément compensées par le talent artistique du studio qui parvient malgré tout a créer des décors marquants et originaux pour chacun de ses niveaux. Dominés par des couleurs très flashy, entre le violet et le bleu fluo, les environnements imposent une esthétique aux accents très techno qui concorde avec l'incroyable B.o électro du titre. En effet, les compositions inoubliables réalisées par des figures de la musique aussi prestigieuses que Les Toxic Avenger ou encore Carpenter Brut confèrent au titre un supplément d'âme, renforçant un univers déjà accrocheur. Pour finir avec les attributs techniques de l'œuvre, on notera que le chara-design a aussi bénéficié d'un soin particulier puisque les gardiens sont, dans l'ensemble, bien conçus, affublés de looks aussi originaux que réussis qui leur procurent un charisme certain.

\le mysterieux lapin de droit est notre complice d'evasion, c'est lui qui nous guide sur le chemin difficile et tortueux de la liberte.\le mysterieux lapin de droit est notre complice d'evasion, c'est lui qui nous guide sur le chemin difficile et tortueux de la liberte.

\le mysterieux lapin de droit est notre complice d'evasion, c'est lui qui nous guide sur le chemin difficile et tortueux de la liberte.

[TEST] Furi.

Réveillez le ninja qui est en vous :

Cependant, au premier abord, le concept atypique du titre peut surprendre, jusqu'à susciter une certaine crainte. La crainte est celle de finir par se lasser de sempiternels combats en un contre un, l'inquiétude que les duels finissent par tomber dans une certaine routine qui lasserait le joueur. Mais ce serait mal juger la création de Games Baker qui, justement, parvient à mettre au point des empoignades qui se renouvellent, qui préservent leur intensité et leur dose d'épique au fil des heures de jeu. Ceci grâce a un gameplay plus riche qu'il n'y parait et a des antagonistes aux attributs et coups spéciaux variés.

Si l'on résume brièvement le gameplay, il apparaît finalement assez simple. Tout d'abord, on peut le concevoir comme un mélange des genres à mi-chemin entre le shoot them up et le beat them all. La palette d'action de notre personnage est composée d'un dash qui lui permet de se propulser tout en passant au travers les divers projectiles des ennemis. En guise d'attaque, notre ninja a la possibilité d'assener à ses opposants deux types de coups de sabre : un coup faible, et un coup chargé qui leur fait perdre plus de vie. Il dispose également d'un pistolet pour les attaques a distance qui comprend les mêmes caractéristiques que sa lame de samurai avec un tir “légé ” et un tir chargé plus dévastateur. Pour finir, notre protagoniste dispose bien évidemment d'une parade qui lui permet de résister aux assauts ennemis. En apparence rien d'extraordinaire en somme. Mais la beauté du jeu, c'est que ses mécaniques ne sont pas exceptionnelles par leur nature, par ce qu'elles sont, mais parce que vous en faites. Effectivement, une fois ces outils en main, a vous d'en tirer partit au mieux en improvisant, en les combinant et en étant créatif ! À vous de transcender le gameplay au fil de votre apprentissage du gameplay. Même s'il y a quelque chose de très immédiat dans Furi, car on comprend vite les enjeux et les mécaniques, il est nécessaire d'acquérir un certain niveau de technique pour s'en sortir. Une fois toutes les techniques connues et éprouvées, on acquiert un certain flow qui procure une sensation jouissive. Comme si chaque combat était une danse chorégraphiée. Une fois tous les mouvements de la chorégraphie connus, la réussite ainsi que le spectacle sont assurés. Ce sentiment d'opérer une danse est accentué par une b.o entettante, presque hypnotisante qui rythme les combats en nous faisant rentrer dans une sorte d'hypnose qui permet de concentrer notre esprit sur la foule de projectiles qui menacent notre vie. Ainsi, on enchaîne les esquives presque instinctivement au rythme de la musique, bercé par les compositions.

Si la musique aide à prendre le coup, il est nécessaire d'étudier les boss pour les vaincres, de repère leurs faiblesses, de mémoriser leurs paternes pour pouvoir les éviter. Au début, les morts se succéderont. Puis, peu à peu, vous intégrerez les règles, vous progresserez, aiguisant vos réflexes au fil de votre progression, au fil de vos trépas jusqu'a terrasser uns a uns vos geôliers. Les pouvoirs et attaques variées de ces derniers empêchent d'ailleurs la monotonie de s'installer, garantissant une dose régulière de renouveau.

Les chorégraphies des combats sont tres soignées.

Les chorégraphies des combats sont tres soignées.

Un Apprentissage Long et Parfois douloureux :

Mais avant d'arriver à une maitrise complète, le périple sera long et parfois douloureux, car le titre est très dur, éprouvant et parfois frustrant. Et c'est surtout au niveau de leur structure que les affrontements peuvent se révéler frustrants, car les empoignades sont longues et mettent vos nerfs ainsi que votre concentration a rude épreuve. Les joutes se déroulent en plusieurs étapes. Déjà, les boss disposent de trois à cinq phases de transformation. Pour qu'ils passent à un stade supérieur, il faut que le joueur parvienne à leur ôter l'entièreté de leur vie. Pour réussir, il dispose de trois chances – à comprendre trois morts- par stades. À chaque fois que l'on passe a une nouvelle phase, notre antagoniste récupère une barre de vie entière, et on est repartis pour un tour jusqu'à avoir épuisé son stock de transformations. Quant à nous, à chaque nouvelle mutation du boss, notre jauge de santé ainsi que toutes nos vies sont restaurées.

Enfin chaque stade des empoignades est divisé et deux parties : une permière composée essentiellement de combat a distance qui va consister a vider la barre “d'armure” de l'adversaire qui est une jauge qui recouvre la barre de vie. Et une seconde partie durant laquelle on pourra s'approcher de notre opposant pour entamer une séquence de corps-à-corps qui nous mènera a épuiser sa barre de vie. Ces nombreux éléments donnent lieu à des combats longs et épuisants, agrémentés d'une difficulté hardcore. Mais de cette difficulté résulte une récompense à la hauteur, car ces combats aussi hardcores qu'épiques provoquent une jouissance incommensurable lorsque l'on terrasse enfin nos nemesis. D'autant que la victoire se joue souvent a pas grand chose, les joutes étant régulièrement très serrées. Une fierté sans limite vient alors couronner un succès durement acquis. Seulement, en cas d'échec, on perd un peu espoir et on s'énerve d'autant que si l'on échoue à un stade avancé du boss- au bout de 10 a 15 minutes – on a vite envie d'abandonner. En outre, si on bloque particulièrement sur une étape du versus, cet échec qui coûte cher -en temps de jeu surtout- peut se répéter plusieurs fois. L'ingrédient indispensable au succès est donc la persévérance car la joie provient ici du dépassement de soi. Une chose désormais rare dans le jeu vidéo aujourd'hui. Cependant Furi n'est pas une expérience qui pousse a enchaîner des sessions très longues, car il est souvent nécessaire de prendre du recul de faire des pauses pour revenir la tête froide.

Heureusement a chaque fin de niveau un petit moment de répit nous est offert. Ce moment de calme, qui permet de faire retomber un peu la tension et de reprendre ses esprits, prend la forme d'une courte scène rarrativisée qui narrent l'histoire pendant que notre personnage quitte le niveau achevé pour gagner le suivant dans une marche lente et apaisante.

[TEST] Furi.
[TEST] Furi.

Conclsion :

Pour finir Furi est un très bon jeu. Une véritable oasis dans ce désert de sortie estival qui promulgue au joueur une expérience originale qui lui offre quelque chose de consistant à se mettre sous la dent. Entre son concept atypique, sa b.o entrainante et ses nombreux autres atouts le titre devrait séduire bon nombre d'entre vous, meme si il se destine plus particulierement aux joueurs les plus perseverants. À noter qu'il existe un mode promenade qui permet de traverser l'histoire sans trop de difficulté, les gardiens n'opposant que peu de résistance. Cela afin de permettre au plus grand nombre de profiter du scénario. Mais ce mode ne présente finalement pas grand intérêt puisque le véritable attrait réside dans le gameplay, la trame n'étant qu'un prétexte a l'action.

17/20 Disponible sur : Ps4, Pc.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

solution jeux 30/07/2016 12:18

Une ost folle, des combats dynamiques, un design aux petits oignions, une bonne difficulté, la seule chose que je peux reprocher à ce jeu c'est de ne pas avoir quelques phases de plateformes qui pourraient pourtant bien marcher avec le gameplay

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents