Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The New PIxel

The New PIxel

A VOUS DE JOUER !


[Test] Uncharted 4.

Publié par Dimajo Paul. sur 26 Mai 2016, 21:24pm

Catégories : #TEST

[Test] Uncharted 4.

Ça y est ! L’ultime volet de la saga Uncharted est enfin disponible. À l’origine d’une "hype" incroyable, le titre a suscité depuis son annonce une attente incommesurable chez tous les fans de jeux vidéo. Cette longue attente valait-elle le coup ? Nos espérances sont-elles assouvies par le jeu ? Réponse tout de suite.

[Test] Uncharted 4.

La Patte de L’artiste :
 

Depuis l’ère Playstation un le studio NaughtyDog a su imposer sa patte dans le monde du jeu vidéo, fournissant aux consoles Sony des titres toujours plus marquants. Au fil des années, cette fameuse patte a évolué proposant des titres plus sérieux à l’aune d’un jeu vidéo devenu plus adulte. Au fil de ses métamorphoses la célébre emprunte rouge en forme de patte de chien est demeurée un gage de qualité, un signe reconnaissable entre tous qui, dés qu’on l’aperçoit, suscite en nous l’espérance d’une aventure mémorable. Une promesse que l’on retrouve dans Uncharted 4. Cet ultime épisode doit conclure en beauté une franchise qui a bercé toute une génération de joueurs de belles aventures tout en proposant aux possesseurs de ps4 un titre qui vaut enfin le coup, un jeu qui exploite véritablement les capacités de leur console. Le pari est gros, les ambitions folles mais loin d’être vaines.
 

Afin d’offrir une fin mémorable à sa série phare, NaughtyDog a vu les choses en grand, car, ne faisons pas durer le suspens, le jeu est très bon, et ce, sur plusieurs points. En effet, cet ultime volet accumule les atouts esthétiques et scénaristiques. Dans cet épisode, on retrouve un Nathan changé. Notre héros a troqué sa vie trépidante et dangereuse de chasseur de trésor pour un quotidien parfaitement normal, limite ennuyeux. Enfin jusqu'à ce que son frère ainé, Sam, ressurgisse d’entre les morts pour l’entraîner, un peu malgré lui, dans une nouvelle aventure à la recherche du plus grand trésor pirate de tous les temps : le trésor du capitaine Avery. Le thème de la piraterie abordé dans cet épisode parait être un choix judicieux car il instaure un contexte captivant, une ambiance séduisante apte à intéresser tous les joueurs. Outre ces atouts, la trame propose  une intrigue passionnante qui nous en livre davantage sur l’enfance de Nate tout en développant une relation intéressante entre les deux frangins au travers de scènes tantôt rigolotes, tantôt Touchantes. La présence de deux aventuriers engendre un nombre de scène en duo plus élevé qu'à l'accoutumé. On sent dans ces moments de coopération les influences de The Last Of Us puisque ici, c'est un lien vivant qui unis les divers protagonistes. Vos compères agissent de manière efficace et réaliste comme dans la précédente production de nos chers développeurs. Le récit s’attarde à étoffer les rapports, parfois complexes, entre les divers protagonistes, insufflant une vraie humanité aux personnages. Pour couronner le tout, la trame, développée au cours de (trop ?) nombreuses cinématiques à la réalisation cinématographique, instaure un rythme haletant, dynamique qui nous captive de bout en bout. En outre celle-ci est ponctuée de savoureuses références aux précédentes escapades de Drake, chose qui ravira les fans de la première heure.

[Test] Uncharted 4.

Un Incroyable Voyage :

Esthétiquement, autant que techniquement, le titre n’est pas avare en qualités. Sur ce plan, le studio a , comme a son habitude, fait un travail formidable, tirant pleinement parti des capacités de la PS4. Ainsi, notre épopée fourmille de petits détails presque imperceptibles, mais qui, sans que l’on s’en aperçoive consciemment, concourent à bâtir une expérience réaliste, immersive. Une qualité technique qui vient sublimer les magnifiques panoramas du jeu. Car oui, votre aventure vous fera voir du pays, puisqu’elle propose un panel de paysages aussi diversifiés qu’époustouflants proposant une alchimie harmonieuse entre gigantisme et beauté esthétique. Nos investigations sur le trésor d’Avery nous conduisent à l'exploration de contrées superbes allant des sommets enneigés de la montagne Ecossaise aux rivages exotiques de quelques iles inconnues. Le titre comprend un florilège de lieux marquants encrés dans le contexte de la piraterie. Ainsi, nos pérégrinations nous conduisent à traverser les ruines d’une antique cité de flibustiers perdue ainsi que diverses salles aux trésors. Chaque lieu bénéficiant d’une ambiance propre, de son une identité unique. Chaque environnement laisse dans notre esprit un souvenir impérissable sublimé par une réalisation sans failles offrant des effets de lumière et des textures tout simplement parfaites. On en prend plein les mirettes, c’est une véritable claque graphique qui nous est infligée. Jamais on avait vu cela auparavant. Les mots ne pouvant relater fidèlement l’ampleur de notre émerveillement, j’achèverai ma dissertation à propos des attraits visuels sur une phrase : il faut le voir pour le croire.

[Test] Uncharted 4.[Test] Uncharted 4.
La relation développée entre les deux frangins est plutôt sympa !

La relation développée entre les deux frangins est plutôt sympa !

Une Aventure pleine d’action :

Du côté des phases de jeu l’aventure nous a laissé des sentiments plus contrastés. Sur cet aspect, le titre reprend l’ADN de ses prédécesseurs pour le meilleur, mais aussi pour le moins bon. On retrouve donc encore ce rythme assez mécanique répétitif à la longue qui impose une alternance systématique entre des scènes de gunfight et séquences d’escalade. Ce schéma redondant ainsi que les phases d’escalade ont tendance à tempérer un rythme globalement dynamique puisque les passages proposants de la grimpette, bien qu’ils soient spectaculaires et qu’ils offrent des vues imprenables sur les magnifiques environnements du jeu, ont tendance à être un poil trop récurrents et à reposer sur les mêmes procédés pour faire frémir le joueur. On ne compte plus le nombre de fois ou une prise sur laquelle nous nous tenions a cédé, nous faisant chuter de plusieurs mètres avant de nous rattraper in extremis à une nouvelle accroche. Dans l’absolu, ce défaut n’est pas rédhibitoire, mais à tendance à instaurer quelques longueurs. Fort heureusement, on retrouve également ce qui nous avait plus dans les précédents opus comme ces courses effrénées durant lesquelles Nathan doit fuir en hâte d’un bâtiment qui prend feu, s’effondre en miette. Des scènes mémorables et spectaculaires qui contribuent à créer ce rythme dynamique, épique qui caractérise les épopées de Nate.

D’autres éléments ont, quant à eux, été ajustés. C’est le cas des gunfights qui promulguent des sensations de tir plus convaincantes que dans les épisodes passés. Les joutes sont à présent plus mouvementées, énergiques qu’auparavent. Cependant, ceux qui n’apprécient guère la méthode bourrin pourront jouer de façon plus subtile grâce à une amélioration des mécaniques d’infiltration avec notamment la présence de zones de combat plus ouvertes, denses et verticales qui permettent de tenter d’avantage de choses pour éliminer discrètement les gardes en faction. Désormais grâce à cette verticalité plus prononcée le joueur peut assommer ses ennemis en leur tombant dessus depuis des plateformes surélevées. Afin de faciliter l’exécution de meurtres discrets de nouveaux éléments ont été implémentés comme la possibilité de se dissimuler dans les herbes hautes pour tuer en toute tranquillité les adversaires. Afin de rendre ces séquences plus crédibles l’IA connaît des légères améliorations, bien qu’elle soit encore sujette à des bugs occasionnels. Enfin, je ne peux conclure sans évoquer la grande nouveauté de cet ultime épisode : le grappin ! Cet outil offre des scènes spectaculaires ou, alors que l’on glisse irrémédiablement vers un ravin, notre aventurier dégaine son précieux atout pour s’harnacher à un tronc et se projeter vers une zone sûre après un balancement sacrément stylé au dessus d’un vide vertigineux. Un élément bien sympa (mais intégré de façon un peu incohérente dans l'histoire) qui accentue encore plus notre impression d’assister à une transposition vidéoludique des aventures Indiana Jones.

Le grappin permet des sauts assez spectaculaires.

Le grappin permet des sauts assez spectaculaires.

Conclusion :

Au final avec ce quatrième opus d'Uncharted Naughty Dog offre aux possesseurs de PS4 un titre fabuleux qui optimise enfin les capacités de la nouvelle génération. Les développeurs Californiens concluent en beauté les aventures de Nathan Drake en offrant à leurs fans une ultime péripétie mémorable. C’est donc ému et comblé que l’on referme, avec Nate, un beau chapitre de l’histoire du jeu vidéo.

[Test] Uncharted 4.

VERSION DU JEU FOURNIE PAR L'EDITEUR POUR LE TEST.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents