Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The New PIxel

The New PIxel

A VOUS DE JOUER !


L’histoire de la naissance du jeu vidéo.

Publié par Paul Dimajo sur 27 Novembre 2015, 18:17pm

Catégories : #Rétro

L’histoire de la naissance du jeu vidéo.

Il est généralement admis que c’est Pong qui a réellement lancé l’industrie vidéoludique. Cependant, contrairement à ce que beaucoup croient, le célèbre hit d’Atari n’est pas le premier jeu à avoir vu le jour, loin s’en faut. Cette production puise en réalité ses inspirations dans deux jeux pionniers de l’industrie : Tennis For Two de Wilam Higinbotham et Tenis de Ralph Baer. L’histoire que nous allons vous raconter aujourd’hui, c’est celle de la naissance de notre média.

Wiliam Higinbotham et sa création "Tennis for Two".

Wiliam Higinbotham et sa création "Tennis for Two".

Tennis for Two 1958 : Le premier jeu de l’histoire.

C’est à l’initiative du scientifique William Higinbotham que nait le premier jeu vidéo de toute l’histoire. En 1947, ce pionnier de notre industrie intègre le Brookhaven Lab’s Instrumentation Division (Laboratoire Nationale de Brookhaven) ou il officie comme physicien nucléaire. Dés 1958 il prend la tête de la division instrumentation. Alors qu’il prépare les traditionnelles journées portes ouvertes du laboratoire qui se tiennent chaque année il se rend compte que les événements scientifiques de cet acabit se révèlent généralement peu interactif, se cantonnant à présenter des aspects théoriques ennuyeux pour des visiteurs non initiés. Il se met donc à réfléchir à un système qui permettrait de rendre vivantes ses présentations aux journées portes ouvertes. Mr Higinbotham déclare que son objectif est « D’animer ce lieu avec un jeu que les gens pourraient jouer et qui passerait le message que les efforts des scientifiques ont une importance pour la société ». Il s’affranchi alors de l’aspect conceptuel de la science pour la transformer en quelque chose de concret que chaque visiteur pourrait expérimenter simplement. Son projet trouve sa concrétisation avec un programme que l’on connait sous le nom de « Tennis For Two ». Celui-ci se présente comme un jeu de tennis qui oppose deux joueurs. Sur l’écran, le court de tennis est représenté de profil par une ligne horizontale faisant office de sol, et une toute petite ligne verticale au milieu de cette dernière représente le filet. La balle, elle, de forme circulaire, est un peu plus petite qu’un pixel, et les participants se renvoient la sphère grâce à des boutons rotatifs ronds. Le tout tournant sur oscilloscope, les consoles de jeu n’existant pas encore à l’époque. Les journées portes ouvertes se déroulent en octobre 1958, et le jeu rencontre un succès fulgurant. Cette histoire renvoie à une époque ou l’imagination avait encore une part importent dans ce média aux graphismes très primitifs. Et c’est ici grâce à l’imagination de notre chers William que le jeu vidéo à été crée.

Ralph Baer avec en main les manettes de la console Odyssée. Derrière, sur l'écran, le jeu Tennis.

Ralph Baer avec en main les manettes de la console Odyssée. Derrière, sur l'écran, le jeu Tennis.

Ralph Baer : La première console de l’histoire.

Plus tard c’est Ralph Baer qui a apporté sa pierre à un édifice vidéoludique naissant. Cet éminent ingénieur en télévision est connu comme le papa de la toute première console de jeu vidéo jamais parue. Cette histoire débute en aoute 1966 à Manhattan. Alors qu’il attend patiemment son bus, l’idée vient à l’esprit de Mr Baer de créer une machine qui permettra aux gens de jouer à des jeux vidéo sur leur télévision. Le mois suivant, le 1 septembre 1966, il se met sérieusement à réfléchir sur la façon de donner vie à son idée. Il crée alors un premier prototype de sa console avec l’aide de son collègue, l’ingénieur Bob Tremblay. Ce premier essai porte le nom de code « game box ». Un nom simple mais efficace. Petit à petit Ralph Baer et son ami étoffent le concept en ajoutant de nouveaux éléments à leur ébauche. Ils créent successivement sept prototypes de console. Le dernier, connu sous le nom de « Brown Box », constitue l’achèvement de nombreuses années de travail. Fin 1968 Sander Associates, la société pour laquelle travaille notre génial créateur à l’époque, décide de commercialiser cette console. Plusieurs fabricants de télévision se voient proposer l’acquisition du concept. La majorité d’entre eux décline l’offre. General Electric s’intéresse au projet suivi peu après par la compagnie RCS. Finalement les contrats sont avortés, les entreprises se désistant systématiquement au dernier moment, alors que l’affaire semblait réglée. Finalement c’est Magnavox qui acquière les droits ainsi que l’exclusivité de la licence. En 1972 la « brown box » renommée pour l’occasion « Odyssée » sort dans le commerce. Elle emporte avec elle trois jeux dont un intitulé sobrement « Tennis ». Ce dernier reprend le concept de « Tennis For Two » de Higinbotham - dont il est inspiré - tout en l’améliorant pour en faire un jeu vidéo aux bases plus solides. Magnavox rentre alors dans les annales comme le premier fabricant de console de l’histoire.

Nolan Bushnel et sa fameuse borne Pong.

Nolan Bushnel et sa fameuse borne Pong.

Pong : Le passage à la postérité.

C’est finalement Nolan Bushnel, créateur d’Atari, qui popularise le jeu vidéo au travers du mythique jeu de « tennis » Pong. En 1972 Alan Alcorn, employé a Atari, crée la borne Pong. Pour ce dernier ce n’est qu’un exercice d’entrainement, un prototype. Mais une fois l’exercice achevé, Mr Bushnel décide d’y ajouter sa petite touche personnelle. Il ajuste les angles de retour de la balle afin de garantir un challenge optimal et il implémente quelques effets sonores pour parfaire le sentiment d’immersion. La première borne du jeu est installée dans un petit bar dans lequel elle rencontre un franc succès. Ce qui motive Atari en 1973 à la commercialiser à grande échelle. La borne connait un succès phénoménal s’écoulant à plus de 35 000 unités. La machine se retrouve également sous le coup d’un procès intenté par Magnavox à Atari. Ces derniers accusant la firme de Nolan Bushnel de plagiat. Pong étant presque une copie conforme du « Tennis » de Ralph Baer, lui-même inspiré de « Tennis For Two » de Wiliam Higinbotham. La boucle se trouve alors bouclée et le jeu vidéo immortalisé dans l’esprit du grand publique. Le succès de Pong peut être considéré comme le point de départ du succès commercial que rencontre les jeux vidéo aujourd’hui. Cela constitue le passage à la postérité du média.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents