Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The New PIxel

The New PIxel

A VOUS DE JOUER !


[Test] Ni No Kuni

Publié par Paul Dimajo sur 28 Juin 2015, 12:03pm

Catégories : #TEST

[Test] Ni No Kuni

Ni No Kuni est sans aucuns doutes l’un des plus beaux JRPG de la ps3. Ce titre propose une expérience fabuleuse qui vous fera retrouver votre âme d’enfants.

Au cours de l'aventure, vous aquérez divers moyens de transports, comme un bateaux, ou encore un dragon.

Au cours de l'aventure, vous aquérez divers moyens de transports, comme un bateaux, ou encore un dragon.

Il était une fois .

Ni No Kuni, c’est un jeu dépaysant qui reprend à son compte les éléments caractéristiques des contes de notre enfance en les teintant d’une esthétique manga ravissante. C’est un scénario et un univers digne des films du célèbre Hayao Miyazaki. Et pour cause, c’est le studio Ghibli - celui qui produisait les œuvres de Miyazaki - qui est derrière la réalisation des cinématiques de ce titre. L’expérience de ce dernier en matière d’animation à permis aux développeurs de créer un univers merveilleux dans lequel le ravissement est l’affaire de chaque instant.Poésie, mignon et émerveillement constituent la substantielle moelle de ce titre qui nous tiendra en haleine durant environ une quarantaine d’heures (durée du scénario). Tout cet environnement captivant sera mis en scène dans un scénario originale mêlant phases d’émotion d’humour et d’action. Tout un programme.

Le jeu nous conte l’histoire du jeune Oliver – Oli pour les intimes – qui vient de perdre sa mère. Un soir, alors qu’il pleure sa perte, ses larmes coulent sur son doudou qui va alors prendre vie. On apprend que ce dernier était en fait une fée emprisonnée par un sort dans l’enveloppe « corporel » de la peluche. Cette fée prénommé Lumi nous embarquera dans un monde parallèle - duquel elle est originaire - afin de sauver notre défunte maman. En effet, chaque être humain a une "âme sœur " dans le monde de Lumi. Ces « âmes sœur » fonctionnent un peu comme des alter égo. Elles se ressemblent physiquement et caractériellement. Si on sauve une personne dans un monde, son âme soeur dans l’autre sera donc également secourue. Donc si l’une a des problèmes, l’autre aussi sera confrontée à des difficultés. Seulement, afin de réussir sa quête notre équipe devra vaincre le sorcier Shadar qui sévit dans la région, brisant le cœur à quiconque s’oppose à lui. Les gens ayant le cœur brisé se retrouvent alors inactifs. C’est dans ce contexte que se déroulera notre périple qui nous emmènera à la rencontre de personnages attachants et hauts en couleur.

Comme je lavais mentionné précédemment, on retrouve la structure des contes traditionnels. On a donc les très très gentils qui affrontent la très très méchante sorcière ainsi que toute son armée de suppôts maléfiques. Notre protagoniste – héros au cœur pur – et ses comparses s’opposeront au mal. Cet aspect merveilleux ainsi que les personnages presque caricaturaux que l'on croise confèrent un cachet particulièrement séduisant.

Chaque donjon se termine par un Boss.

Chaque donjon se termine par un Boss.

Un univers riche en nouveautés :

On est alors propulsé dans un monde gigantesque et riche en surprise. Au cours de notre aventure, on aura le plaisir de constater que les développeurs se sont employés à créer un univers dans lequel la nouveauté est constante. Chacun de nos pas nous conduit dans un lieu inédit. La diversité des panoramas traversés est vraiment réjouissante, d’autant plus qu’il y a un véritable effort fait pour varier les ambiances d’une ville à l’autre, d’une région à l’autre.

Le bestiaire est lui aussi d’une exhaustivité incroyable. On affronte sans cesse de nouveaux adversaires avec chacun des forces et des faiblesses différentes. Pour mettre au tapis ses ennemis, notre jeune magicien bénéficie d’un livre de sort dans lequel sont consignés tous les « tours de magie » qu’il acquière durant ses pérégrinations. Il gagnera ceux-ci à l’issue de quêtes, et leur nombre s’étoffera peu à peu. Tout cela concourt à varier l’expérience de jeu.

Au cours des combats, les ennemis lachent des orbes rouge et vertes. Les vertes régénèrent votre vie, et les bleues votre jauge de mana.Au cours des combats, les ennemis lachent des orbes rouge et vertes. Les vertes régénèrent votre vie, et les bleues votre jauge de mana.

Au cours des combats, les ennemis lachent des orbes rouge et vertes. Les vertes régénèrent votre vie, et les bleues votre jauge de mana.

Les studios Ghibli ont faits un travail d'orfèvrerie pour les cinématiques du jeu qui sont juste sublimissimes.Les studios Ghibli ont faits un travail d'orfèvrerie pour les cinématiques du jeu qui sont juste sublimissimes.

Les studios Ghibli ont faits un travail d'orfèvrerie pour les cinématiques du jeu qui sont juste sublimissimes.

Système de jeu :

Au cours de l'aventure , notre héros en herbes trouvera de l’aide au près de deux personnages - jouables - qui intégreront son équipe. Chaque personnage de l’équipe dispose de « familiers » - au nombre de trois - qu’ils peuvent envoyer combattre à leur place. Ces " familiers" sont des créatures semblables à des Pokémons, ils disposent chacun de pouvoirs et de compétences qui leur sont propres. En combinant les multiples aptitudes des protagonistes et de leurs petites créatures, vous pourrez élaborer de nombreuses tactiques qui vous permettront de vous défaire de vos assaillants les plus robustes sans trop de difficultés.L'aspect Pokémon qui s'implémente avec la possibilité de capturer les familiers ennemis lors des combats est réjouissante, on prend un réel plaisir à essayer de tous les obtenirs.

Les combats, quant à eux, sont très spéciaux puisqu’ils proposent un mélange entre-temps réel et tour par tour. Lorsque vous rencontrez un adversaire, vous êtes basculé dans une arène fermée qui reprend le design du donjon dans lequel vous vous trouvez. Durant les joutes, on à la possibilité d’assigner un rôle à chacun de nos compagnons. On peut demander au premier d’assurer les soins, à un autre d’être en soutien, etc… Cela évite que les alliers fassent n’importe quoi. Cependant, on déplore que nos compagnons soit vraiment mauvais en autonomie. En effet, quand on ne commande nous-même un protagoniste, il meurt assez vite. Ainsi on doit parfois faire la baby-sitter en soignant nos comparses toutes les 5 min car ils ne savent pas se débrouiller. Cela casse parfois les tactiques et peut s’avérer perturbant nous conduisant bêtement à un game over.

Puis on rentre dans le vif du sujet, l’action pure. Durant nos batailles, plusieurs possibilités s’offrent à nous. On peut soit attaquer en donnant simplement des coups de bâton, épée et autre, et dans ce cas tout ce passe en temps réel. Soit lancer des pouvoirs, et dans ce cas le temps se stoppera nous laissant du répit afin que l’on sélectionne la capacité que l’on veut utiliser. Lorsque l’on utilise notre magie, cela consomme notre jauge de mana – chaque pouvoir en consomme une quantité différente, heureusement lors des affrontements, nos ennemis laisseront tomber des points de vie et de mana, nous évitant de tomber à cours trop vite. Cela donne lieu à des combats intéressants et tactiques mais pas trop difficiles, bien qu'ils ne manquent pas de challenges pour qui fera l'aventure en niveau normale. Un mélange parfait ! On regrette cependant que chaque rencontre avec un ennemi nous bascule dans une arène avec un (court) chargement en prime, car cela morcelle l’action. Et lorsque l’on est dans un donjon rempli de rivaux et que l’on est interrompu toute les cinq minutes à cause du démarrage d’un combat, ça devient un peu agaçant. Mais bon, cet aspect résulte d’un vrai choix du studio ce n’est donc pas défaut rédhibitoire. Après on adhère ou pas.

Vous pouvez faire évoluer vos familiers et améliorer leurs aptitudes en leur donnant des friandises à manger.

Vous pouvez faire évoluer vos familiers et améliorer leurs aptitudes en leur donnant des friandises à manger.

Conclusion :

Dans Ni No Kuni il y a quelques petits défauts, tels que certain objectifs trop récurrents. On a parfois l’impression de passer notre temps à chercher des morceaux de cœur pour soigner les PNJ. Il y a également quelques longueurs inutiles – notamment au niveau des dialogues - et certaines missions moins passionnantes que d’autres. Mais dans l’ensemble, c’est une réussite. L’histoire ainsi que gameplay sont suffisamment bien fichu pour nous captiver durant la quarantaine d’heures que dure le scénario. D’autant que c’est un RPG qui se veut accessible. Les menus sont relativement épurés et chaque mécanique de jeu nous est scrupuleusement détaillée, un peut trop d'ailleur. Ainsi, même un novice pourra prendre du plaisir à s’épanouir dans ce titre. Un véritable succès qui plaira aux petits comme aux grands.

[Test] Ni No Kuni

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents