Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The New PIxel

The New PIxel

A VOUS DE JOUER !


[Test] Watch_Dogs

Publié par Paul.D sur 16 Mars 2015, 17:55pm

Catégories : #TEST

[Test] Watch_Dogs

Lors de son annonce surprise à l'E3 2012 Watch_Dogs avait réussi à faire le Buzz. Fort d'un concept original, pour ne pas dire novateur, le titre d'Ubisoft à immédiatement séduit les joueurs. Manette en mains, on va enfin pouvoir juger si ce GTA-like mérite l'attention qu'on lui a portée durant ces longs mois d'attente et de communication intensive.

Faire sauter un panneau éléctrique peut être pratique pour arrêter un fugitif.

Faire sauter un panneau éléctrique peut être pratique pour arrêter un fugitif.

Un regard de chien battu :

Clairement, le gros point noir du jeu c'est son scénario très basique. Après un vol raté la vie d'Aiden Pierce - Hacker hors pair - va prendre un virage à 360°. Les personnes à qui il a tenté de dérober de précieuses données durant son larcin vont vouloir se débarrasser de lui. Des meurtriers s'attaqueront à lui alors qu'il sera en voiture en compagnie de sa nièce. Les assassins vont rater leur cible mais dans l'accident de voiture qui succédera l'attaque la jeune fille à l'arrière du véhicule va périr. Notre personnage va donc tout faire pour retrouver ceux qui ont tué sa nièce en tentant de l'abattre. Sa vengeance sera impitoyable !

Pas transcendant donc. On à un peu l'impression que d'une production à une autre les scénaristes d'Ubisoft nous resservent les mêmes scénarios à peine retravaillés. Car ces dernières années, on a déjà eu le droit à la quête de vengeance de Sam Ficher (Splinter Cell : Blacklist), celle d’Arno ( Assasin's Creed : Unity) et maintenant celle d'Aiden. Les histoires de rédemption sont vraiment quelque chose de Chronique chez le studio, ça tourne à l'obsession. Un peu de renouveau ne ferait pas de mal.

L'histoire de Watch_dogs se laisse tout de même jouer, un peu comme les films tels que Taken se laisse regarder (dans les deux la famille du protagoniste est mise en danger). On se vide la tête, on se laisse distraire, mais à la fin, il ne reste pas grand-chose.

On dispose d'une jauge de réputation qui baisse quand on blesse ou tue des civils et qui augmente lorsque l'on porte assistance à personne en danger.

On dispose d'une jauge de réputation qui baisse quand on blesse ou tue des civils et qui augmente lorsque l'on porte assistance à personne en danger.

Un monde de possibilité :

Ce qu'il perd en qualité de narration le titre la rattrape - heureusement - dans la qualité de son monde ouvert foisonnant d'activités. Autant être claire, on ne s'ennuie jamais ! Entre les divers jeux urbains et les multiples activités annexes telles que stopper un convoi de criminels en le prenant en embuscades à grand renfort d'explosifs et les crimes à interrompre – comme dans la série Tv Person of Interest - on a pas le temps de contempler les magnifiques graphismes du jeu, qui sont un des gros points fort du titre.

Tout un univers cohérent organisé autour d'un concept : le hacking. Car le Chicago dans lequel nous sommes immergés est régi par un système appelé CTos. Celui-ci contrôle la ville. Tout est ultra connectés, ultra surveillé : caméras bornes routières feu de signalisations etc… Un grand avantage lorsque l'on dispose de compétence de hacker comme notre personnage, et que l'on est capable de prendre le contrôle de n'importe quel système géré par le CTos. Ainsi alors que l'on s'embarque dans une course-poursuite endiablée avec des malfrats ou des policiers, on a la possibilité de faire surgir des bornes de la route ou de trafiquer les feux de signalisation afin de provoquer un accident qui stoppera net nos poursuivants. Tout cela donne lieu à des scènes d'un spectaculaire jouissif. En plus tout est très intuitif. Lorsqu'l'on approche de quelque chose que l'on peut pirater un petit motif nous intime que l'on peut interagir en appuyant sur la touche x . Tout est simple, logique à ce niveau-là. Une pression de bouton suffit à exécuter toutes les manipulations relatives à ce système.

Le systéme de hack permet notamment de faire sortir des bornes mais aussi d'arrêter un train pour monter à l'interieur.Le systéme de hack permet notamment de faire sortir des bornes mais aussi d'arrêter un train pour monter à l'interieur.

Le systéme de hack permet notamment de faire sortir des bornes mais aussi d'arrêter un train pour monter à l'interieur.

Votre smartphone vous permet de pirater le compte en banque des civils et d'afficher leur profile.Votre smartphone vous permet de pirater le compte en banque des civils et d'afficher leur profile.

Votre smartphone vous permet de pirater le compte en banque des civils et d'afficher leur profile.

Le Justicier :

Un gameplay que l'on peut pleinement mettre à profit pendant nos missions. Durant ces dernières, la discrétion est souvent de mise. Pour nous aider à passer inaperçu, notre Smartphone est d'un précieux recours. À l'aide de celui-ci, on peut pirater les caméras disséminées dans les décors afin de repérer l'emplacement des gardes. Puis, on peut créer des diversions en activant l’alarme des voitures et d'autres mécanismes qui attirent l’adversaire dans un lieu a l’écart ou l’on a tout le loisir de l’assommer par derrière ou de l’abattre à l’aide de notre pistolet silencieux. On a également la possibilité d'opter pour des mesures plus drastiques en piratant des systèmes explosifs qui pourront éliminer de nombreux ennemis en même temps. Cependant, cette option est très bruyante donc plus susceptible de vous faire repérer.

Ces nouvelles mécaniques nous permettent d'expérimenter, de laisser libre cours à notre imagination en tendant une multitude de pièges aux adversaires, et c'est très appréciable. Hélas, passer le sentiment de nouveauté ces phases de jeu deviennent un poil rébarbatives, les développeurs n'ont pas assez réussi à diversifier les possibilités de hacking qu'offre le jeu.

Si malgré tout cela, vous n'arrivez pas à rester tapis à l'ombre des regards, vous pourrez toujours rentrer dans le lard des ennemis, épaulé par un arsenal d'une diversité hallucinante. Mais les fusillades n'ont malheureusement rien d'innovantes.. C'est du shoot basique, sans grand génie. On se met à couvert, on arrose l'adversaire - qui a la bonté de sortir la tête de sa cachette pour qu'on puisse le toucher- puis on se remet à couvert, ainsi de suite. Dommage, car avec le nombre d'armes mis à notre disposition, il y avait de quoi faire mieux, ces moments ont un potentiel qui hélas n'a pas été assez exploité. Le jeu aurait mérité que ces passes d'armes soit plus travaillés pour être à la hauteur des ambitions. C’est cette satané IA vraiment peu brillante qui pose le plus problème en cassant le rythme autant des affrontements que des phases d'infiltration tant les opposants peuvent s’avérer stupides.

Si au début la conduite est un peu déroutante, une fois qu'on s'y habitue les sensations sont agréables

Si au début la conduite est un peu déroutante, une fois qu'on s'y habitue les sensations sont agréables

Verdict :

La promotion de Watch_Dog poussé jusqu'à l'écœurement avant la sortie nous avait laissé miroiter monts et merveilles. Ce concept livré à notre imaginaire avait donné naissance à des fantasmes fous dans nos esprits. Du coup, cette attente démesurée engendre un soupçon de déception lorsque l'on peut enfin s'essayer au titre d'Ubisoft. Pourtant celui-ci ne manque pas de qualités. Son monde ouvert recèle d'activités, l'univers est cohérent, tout a été parfaitement pensé pour que le hack soit au centre du gameplay, et on ne s'ennuie pas. D'autant plus que durant les moments creux, il se peut qu'un autre joueur vienne s'introduire dans votre partie -Pour cette fonctionnalité, il faut être connecté au live - afin de vous Hacker, relançant le dynamisme le temps d'une courte chasse à l'homme durant laquelle on cherche notre intrus qui tente de se dissimuler parmi les autres PNJ. De plus si les affrontements armés sont basiques, ils font malgré tout le job. Pour nombre de titres certains GROS défauts de Watch_Dogs ne seraient que des défauts. Le pauvre a en quelque sorte été victime de sa communication qui a créer de trop grandes espérances.

[Test] Watch_Dogs

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents